under toolbar
banniere verticale

Thèmes

Le Livre

livraison_reduction28982

« Chrétiennes méditations »

Les femmes dans la correspondance de Luther

image Les femmes dans la correspondance de Luther




Disponibilité

Épuisé
Prix à titre indicatif. Contactez-nous pour plus de renseignements.
ISBN :
9782130490838
Editeur :
Auteur :
Info :
136 pages - BROCHE - - Prix 14,94 € Livraison reduite
Thèmes :
4e de couverture :
Alors qu'on loue généralement la Réformation pour avoir contribué à l'avènement de la modernité (en sapant notamment la distinction séculaire entre clercs et laïcs, et en favorisant l'indépendance des autorités temporelles vis-à-vis de l'Église), on dresse un bilan plus critique de son apport à l'évolution de la condition féminine. Figure de proue du mouvement réformateur, Luther est désormais mis au banc des accusés, après avoir passé un temps pour un "promoteur de l'émancipation de la femme" : la Réformation n'a-t-elle pas, dans les faits, privé les femmes des ressources intellectuelles et de la relative autonomie liées au monachisme, et, dans le discours, valorisé exclusivement l'état conjugal à une époque où il asservissait l'épouse ?
Soucieuse d'éviter l'anachronisme de maints travaux qui évaluent Luther à l'aune des idéaux ou des revendications féministes actuels, la présente étude le situe par rapport à la tradition biblique qui nourrissait sa pensée, à la législation de son temps et aux positions théologiques de ses devanciers ou de ses contemporains. Elle se fonde par ailleurs sur une source littéraire jusqu'alors négligée : la volumineuse correspondance du Réformateur, qui renferme non seulement des propos adressés à des femmes ou de multiples prises de position concrètes les concernant, mais aussi des échanges (lettres familières, suppliques, conseils...) avec quelques figures féminines.
Au terme des six chapitres de cet ouvrage (I. Les relations entre mari et femme, et II. Entre Martin et Catherine Luther ; III. Les filles de la noblesse ; IV. Nonnes et veuves ; V. Possédées, sorcières et prostituées ; VI. Les images de la femme chez Luther) se dégage un portrait du Réformateur tout en nuances, fait de ruptures et de continuité par rapport aux comportements et aux stéréotypes hérités du Moyen Age.

Né en 1965, Matthieu Arnold est professeur d'histoire du christianisme moderne et contemporain à la Faculté de Théologie Protestante de l'Université de Strasbourg. Ses publications portent principalement sur les XVIe et XXe siècles : La Faculté de Théologie Protestante de l'Université de Strasbourg de 1919 à 1945, Strasbourg, 1990 ; La correspondance de Luther, Mayence, 1996 ; Prier 15 jours avec Luther, Paris, 1998. Rédacteur en chef de Positions Luthériennes, il est l'un des principaux collaborateurs à l'édition de Martin Luther à paraître dans la bibliothèque de la Pléiade.
Alors qu'on loue généralement la Réformation pour avoir contribué à l'avènement de la modernité (en sapant notamment la distinction séculaire entre clercs et laïcs, et en favorisant l'indépendance des autorités temporelles vis-à-vis de l'Église), on dresse un bilan plus critique de son apport à l'évolution de la condition féminine. Figure de proue du mouvement réformateur, Luther est désormais mis au banc des accusés, après avoir passé un temps pour un "promoteur de l'émancipation de la femme" : la Réformation n'a-t-elle pas, dans les faits, privé les femmes des ressources intellectuelles et de la relative autonomie liées au monachisme, et, dans le discours, valorisé exclusivement l'état conjugal à une époque où il asservissait l'épouse ?
Soucieuse d'éviter l'anachronisme de maints travaux qui évaluent Luther à l'aune des idéaux ou des revendications féministes actuels, la présente étude le situe par rapport à la tradition biblique qui nourrissait sa pensée, à la législation de son temps et aux positions théologiques de ses devanciers ou de ses contemporains. Elle se fonde par ailleurs sur une source littéraire jusqu'alors négligée : la volumineuse correspondance du Réformateur, qui renferme non seulement des propos adressés à des femmes ou de multiples prises de position concrètes les concernant, mais aussi des échanges (lettres familières, suppliques, conseils...) avec quelques figures féminines.
Au terme des six chapitres de cet ouvrage (I. Les relations entre mari et femme, et II. Entre Martin et Catherine Luther ; III. Les filles de la noblesse ; IV. Nonnes et veuves ; V. Possédées, sorcières et prostituées ; VI. Les images de la femme chez Luther) se dégage un portrait du Réformateur tout en nuances, fait de ruptures et de continuité par rapport aux comportements et aux stéréotypes hérités du Moyen Age.

Né en 1965, Matthieu Arnold est professeur d'histoire du christianisme moderne et contemporain à la Faculté de Théologie Protestante de l'Université de Strasbourg. Ses publications portent principalement sur les XVIe et XXe siècles : La Faculté de Théologie Protestante de l'Université de Strasbourg de 1919 à 1945, Strasbourg, 1990 ; La correspondance de Luther, Mayence, 1996 ; Prier 15 jours avec Luther, Paris, 1998. Rédacteur en chef de Positions Luthériennes, il est l'un des principaux collaborateurs à l'édition de Martin Luther à paraître dans la bibliothèque de la Pléiade.

Les femmes dans la correspondance de Luther - par Matthieu ARNOLD - Editeur PUF



Top Ventes

Podcasts


Jérémie Foa - Conférence - Tous ceux qui tombent

Pierre-Yves Kirschleger - Conférence - L’Église réformée de France, une présence au monde (1938-2013)

Patrick Cabanel, Stéphane Zehr - Les "Mémoires" d'André Trocmé

Le Livre

livraison_reduction28982

« Chrétiennes méditations »

Top ventes

MULTIMEDIA


Jérémie Foa - Conférence - Tous ceux qui tombent

Pierre-Yves Kirschleger - Conférence - L’Église réformée de France, une présence au monde (1938-2013)

Patrick Cabanel, Stéphane Zehr - Les "Mémoires" d'André Trocmé

Viviane Rosen-Prest - Qui étaient les huguenots de Prusse ?
Alès 04.66.86.16.61 - Paris 01.42.45.07.44 - Cholet 02.41.58.01.17 - Rennes 09.73.88.08.09