under toolbar
banniere verticale

Thèmes

Le Livre

livraison_reduction28550

« A lui soit la gloire dans l'Eglise »

Les épîtres et l'Apocalypse expliquées tome 1

image Les épîtres et l'Apocalypse expliquées tome 1 image 2 Les épîtres et l'Apocalypse expliquées tome 1




Disponibilité

Internet (avec délai)
Alès (avec délai)
Cholet (avec délai)
Paris (4 ex.)
Contactez-nous pour plus de renseignements.
Sous-titre :
Commentaire du Contexte Culturel Biblique
ISBN :
9782895761389
Editeur :
Auteur :
Info :
336 pages - - Prix 29,95 € Livraison reduite
Thèmes :
Statut :
Neuf
4e de couverture :
Pourquoi Jacques était-il si sûr que les riches exploiteraient les pauvres et les traîneraient au tribunal (Jacques 2.6) ?

Les tribunaux romains favorisaient toujours les riches qui pouvaient déclencher une action en justice contre les classes sociales inférieures alors que les classes sociales inférieures ne pouvaient pas déclencher de telles actions contre eux.

La loi n’annule pas l’alliance d’Abraham (Galates 3.15)

Les Grecs avaient l’habitude d’utiliser le terme que Paul emploie pour « alliance » pour parler de « testament » ou « dernières volontés » (document juridique que l’on ouvre à la mort d’une personne). Quoique Paul veuille dire alliance dans le sens de l’Ancien Testament plutôt que dans le sens de testament, il joue sur les nuances juridiques de ce dernier mot. Le judaïsme mettait l’accent sur l’alliance faite au Sinaï mais la plupart des auteurs juifs voyaient la même alliance annoncée en Abraham (Gen 17.9-14) (ou, moins exactement du point de vue vétérotestamentaire, en fait pratiquée d’avance).

Comme les autres documents juridiques, les testaments ou « dispositions » étaient scellés afin de ne pas être altérés. Dans le droit grec, les testaments étaient irrévocables. L’on ne pouvait pas imposer de nouvelles conditions ou enlever un héritier, même si l’on ajoutait un testament supplémentaire. (Cela n’était plus vrai dans le droit romain de cette période mais s’appliquait à certains testaments juifs). Dans le droit grec, les testaments étaient confirmés par leur dépôt au bureau des registres municipaux, si un nouveau testament interférait avec un ancien, le nouveau document était rejeté.

Afin de bien comprendre et appliquer la Bible, il nous faut deux sources cruciales d’information. La première est la Bible elle-même, tout simplement. La seconde est une bonne compréhension du contexte culturel du passage que vous êtes en train de lire.

Ce n’est qu’avec le contexte que vous pouvez bien saisir le souci original de l’auteur et son obje… [lire +]
Pourquoi Jacques était-il si sûr que les riches exploiteraient les pauvres et les traîneraient au tribunal (Jacques 2.6) ?

Les tribunaux romains favorisaient toujours les riches qui pouvaient déclencher une action en justice contre les classes sociales inférieures alors que les classes sociales inférieures ne pouvaient pas déclencher de telles actions contre eux.

La loi n’annule pas l’alliance d’Abraham (Galates 3.15)

Les Grecs avaient l’habitude d’utiliser le terme que Paul emploie pour « alliance » pour parler de « testament » ou « dernières volontés » (document juridique que l’on ouvre à la mort d’une personne). Quoique Paul veuille dire alliance dans le sens de l’Ancien Testament plutôt que dans le sens de testament, il joue sur les nuances juridiques de ce dernier mot. Le judaïsme mettait l’accent sur l’alliance faite au Sinaï mais la plupart des auteurs juifs voyaient la même alliance annoncée en Abraham (Gen 17.9-14) (ou, moins exactement du point de vue vétérotestamentaire, en fait pratiquée d’avance).

Comme les autres documents juridiques, les testaments ou « dispositions » étaient scellés afin de ne pas être altérés. Dans le droit grec, les testaments étaient irrévocables. L’on ne pouvait pas imposer de nouvelles conditions ou enlever un héritier, même si l’on ajoutait un testament supplémentaire. (Cela n’était plus vrai dans le droit romain de cette période mais s’appliquait à certains testaments juifs). Dans le droit grec, les testaments étaient confirmés par leur dépôt au bureau des registres municipaux, si un nouveau testament interférait avec un ancien, le nouveau document était rejeté.

Afin de bien comprendre et appliquer la Bible, il nous faut deux sources cruciales d’information. La première est la Bible elle-même, tout simplement. La seconde est une bonne compréhension du contexte culturel du passage que vous êtes en train de lire.

Ce n’est qu’avec le contexte que vous pouvez bien saisir le souci original de l’auteur et son objectif. Ce commentaire unique, apporte verset par verset, le contexte culturel crucial dont vous avez besoin pour une étude plus enrichie de la Bible.

Écrit dans un langage clair et non-technique, cette aide inestimable contient :

un glossaire des termes culturels et des personnages historiques importants
des cartes et des tableaux
une bibliographie actualisée de commentaires et autres ressources pour chaque livre du Nouveau Testament
des essais introductifs sur l’importance du contexte culturel et l’utilisation de ce commentaire unique

Les épîtres et l'Apocalypse expliquées tome 1 - Commentaire du Contexte Culturel Biblique - par Craig S. KEENER - Editeur MINISTERES MULTILINGUE



Top Ventes

Podcasts


Pierre-Yves Kirschleger - Conférence - L’Église réformée de France, une présence au monde (1938-2013)

Patrick Cabanel, Stéphane Zehr - Les "Mémoires" d'André Trocmé

Viviane Rosen-Prest - Qui étaient les huguenots de Prusse ?

Le Livre

livraison_reduction28550

« A lui soit la gloire dans l'Eglise »

Top ventes

MULTIMEDIA


Pierre-Yves Kirschleger - Conférence - L’Église réformée de France, une présence au monde (1938-2013)

Patrick Cabanel, Stéphane Zehr - Les "Mémoires" d'André Trocmé

Viviane Rosen-Prest - Qui étaient les huguenots de Prusse ?

Nathalie Szczech - Calvin le polémiste
Tél. : Alès 04.66.86.16.61 - Paris 01.42.45.07.44 - Cholet 02.41.58.01.17