under toolbar
banniere verticale

Thèmes

Le Livre

livraison_reduction28704

« Revur LRFT, cahier n°23 »

Le sens du progrès

image Le sens du progrès




Disponibilité

En réimpression
Contactez-nous pour plus de renseignements.
Sous-titre :
Une approche historique et philosophique
ISBN :
9782080801678
Editeur :
Auteur :
Collection :
Info :
442 pages - BROCHE - - Prix 10,20 € Livraison reduite
Thèmes :
4e de couverture :
Dès ses premières conceptualisations, aux XVIIe et XVIIIe siècles, l'idée de progrès implique l'abolition des limites jusque-là imposées au savoir et au pouvoir de l'homme : l'humanité est indéfiniment perfectible, l'avenir ouvert et constellé de promesses. Maître de la nature, sujet souverain, l'homme dispose du réel qu'il imagine malléable et manipulable à l'infini.
C'est au cours du XXe siècle que les croyances progressistes vont être ébranlées par la découverte d'une barbarie scientificisée et technicisée. La crise environnementale, le constat des « dégâts du progrès » renforceront la vision catastrophiste d'un progrès « meurtrier ». La puissance dangereuse mais bénéfique de Prométhée s'est transformée en pouvoir de destruction. D'où le dilemme paralysant : retour impossible à l'optimisme progressiste ou fuite nihiliste dans la désespérance.
La promesse d'une amélioration de la condition humaine demeure cependant un horizon de sens pour l'humanité. Aussi importe-t-il de repenser le progrès. Une telle entreprise suppose d'en retracer quatre siècles d'histoire conceptuelle et politique et d'en analyser les principales théorisations, mais aussi de clarifier les raisons des débats contemporains entre néo- et anti-progressistes. Un exercice de pensée qui se propose de rompre avec les évidences reçues. Car si le progrès a un avenir, c'est à la condition d'être « défatalisé » et « désutopisé ».

Philosophe, historien des idées, politologue, Pierre-André Taguieff est directeur de recherche au CNRS (CEVIPOF). Parmi ses ouvrages : La Force du préjugé (Gallimard, 1990), L'Effacement de l'avenir (Galilée, 2000), Résister au « bougisme » (Mille et une Nuits, 2001), L'Illusion populiste (Berg International, 2002).
Dès ses premières conceptualisations, aux XVIIe et XVIIIe siècles, l'idée de progrès implique l'abolition des limites jusque-là imposées au savoir et au pouvoir de l'homme : l'humanité est indéfiniment perfectible, l'avenir ouvert et constellé de promesses. Maître de la nature, sujet souverain, l'homme dispose du réel qu'il imagine malléable et manipulable à l'infini.
C'est au cours du XXe siècle que les croyances progressistes vont être ébranlées par la découverte d'une barbarie scientificisée et technicisée. La crise environnementale, le constat des « dégâts du progrès » renforceront la vision catastrophiste d'un progrès « meurtrier ». La puissance dangereuse mais bénéfique de Prométhée s'est transformée en pouvoir de destruction. D'où le dilemme paralysant : retour impossible à l'optimisme progressiste ou fuite nihiliste dans la désespérance.
La promesse d'une amélioration de la condition humaine demeure cependant un horizon de sens pour l'humanité. Aussi importe-t-il de repenser le progrès. Une telle entreprise suppose d'en retracer quatre siècles d'histoire conceptuelle et politique et d'en analyser les principales théorisations, mais aussi de clarifier les raisons des débats contemporains entre néo- et anti-progressistes. Un exercice de pensée qui se propose de rompre avec les évidences reçues. Car si le progrès a un avenir, c'est à la condition d'être « défatalisé » et « désutopisé ».

Philosophe, historien des idées, politologue, Pierre-André Taguieff est directeur de recherche au CNRS (CEVIPOF). Parmi ses ouvrages : La Force du préjugé (Gallimard, 1990), L'Effacement de l'avenir (Galilée, 2000), Résister au « bougisme » (Mille et une Nuits, 2001), L'Illusion populiste (Berg International, 2002).
Avis :
L'idée de progrès est redevenue depuis une trentaine d'années, en Occident tout au moins, un « problème de l'heure » - pour parler comme Max Scheler -, à travers une nouvelle vague de remise en question radicale de l'ensemble des évidences qu'on peut qualifier de « progressistes », déposées dans les idéologies politiques comme dans les manuels scolaires et dans le langage ordinaire. La re-problématisation de ce qu'on appelle « le progrès » oscille entre la mise en doute de tel ou tel de ses aspects et le rejet global du « progrès » comme illusion ou imposture. On se mobilise désormais contre le progrès : depuis le début des années 1970 se multiplient les mobilisations écologistes contre les méfaits supposés du progrès techno-scientifique ou industriel, au nom de la préservation de l'environnement, d'un environnement sain. La posture progressiste ne va plus de soi dans le champ politique, tandis que, parallèlement, la conviction progressiste est fortement ébranlée chez ceux qui s'efforcent de réfléchir sur la marche et la signification de l'histoire mondiale.
Par « progressisme » au sens fort du terme, je désigne une idéologie, c'est-à-dire un système organisé de représentations et de croyances, qui se fonde sur la conviction que « l'humanité obéit, dans son processus historique, à une loi qui la porte, de gré ou de force, à un but supérieur ». C'est dans cette acception que le philosophe ou l'historien des idées emploie le mot « progressisme ». Mouvement nécessaire vers le mieux ou marche générale vers la perfection finale : ces deux interprétations classiques de la notion de progrès ont perdu leur valeur d'évidences. Mais il faut aussi tenir compte des usages idéologico-politiques ordinaires du mot « progressisme », par lequel on réfère à l'ensemble des attitudes et des certitudes de ceux qui, se disant partisans du « progrès politique, social, économique », se situent à gauche dans l'espace politique. Les « progressistes » s'affir­ment en faveur de la transforma… [lire +]
L'idée de progrès est redevenue depuis une trentaine d'années, en Occident tout au moins, un « problème de l'heure » - pour parler comme Max Scheler -, à travers une nouvelle vague de remise en question radicale de l'ensemble des évidences qu'on peut qualifier de « progressistes », déposées dans les idéologies politiques comme dans les manuels scolaires et dans le langage ordinaire. La re-problématisation de ce qu'on appelle « le progrès » oscille entre la mise en doute de tel ou tel de ses aspects et le rejet global du « progrès » comme illusion ou imposture. On se mobilise désormais contre le progrès : depuis le début des années 1970 se multiplient les mobilisations écologistes contre les méfaits supposés du progrès techno-scientifique ou industriel, au nom de la préservation de l'environnement, d'un environnement sain. La posture progressiste ne va plus de soi dans le champ politique, tandis que, parallèlement, la conviction progressiste est fortement ébranlée chez ceux qui s'efforcent de réfléchir sur la marche et la signification de l'histoire mondiale.
Par « progressisme » au sens fort du terme, je désigne une idéologie, c'est-à-dire un système organisé de représentations et de croyances, qui se fonde sur la conviction que « l'humanité obéit, dans son processus historique, à une loi qui la porte, de gré ou de force, à un but supérieur ». C'est dans cette acception que le philosophe ou l'historien des idées emploie le mot « progressisme ». Mouvement nécessaire vers le mieux ou marche générale vers la perfection finale : ces deux interprétations classiques de la notion de progrès ont perdu leur valeur d'évidences. Mais il faut aussi tenir compte des usages idéologico-politiques ordinaires du mot « progressisme », par lequel on réfère à l'ensemble des attitudes et des certitudes de ceux qui, se disant partisans du « progrès politique, social, économique », se situent à gauche dans l'espace politique. Les « progressistes » s'affir­ment en faveur de la transformation de la société au nom d'un idéal social, par des réformes ou des moyens violents, de type révolution­naire. Un « progressiste » ainsi défini se reconnaît à sa conviction de n'avoir « pas d'ennemis à gauche ». Laurent Fabius, considéré comme « le numéro deux du PS », affirme en août 2003 qu'il « reste attaché au rassemblement de la gauche et de tous les progressistes », et assure qu'« il y a place, dans notre pays, pour un puissant parti réformiste de gauche que je décrirais ainsi : économiquement responsable, socialement juste, ouvert sur notre société et ferme dans la conduite de l'Etat ». L'objet de nos réflexions, ce n'est pas le petit « progressisme » de ces « progressistes » (réformistes ou révolution­naires), c'est bien sûr le « progressisme » au sens fort du terme.

Le sens du progrès - Une approche historique et philosophique - par Pierre-André TAGUIEFF - Editeur FLAMMARION



Top Ventes

Podcasts


Pierre-Yves Kirschleger - Conférence - L’Église réformée de France, une présence au monde (1938-2013)

Patrick Cabanel, Stéphane Zehr - Les "Mémoires" d'André Trocmé

Viviane Rosen-Prest - Qui étaient les huguenots de Prusse ?

Le Livre

livraison_reduction28704

« Revur LRFT, cahier n°23 »

Top ventes

MULTIMEDIA


Pierre-Yves Kirschleger - Conférence - L’Église réformée de France, une présence au monde (1938-2013)

Patrick Cabanel, Stéphane Zehr - Les "Mémoires" d'André Trocmé

Viviane Rosen-Prest - Qui étaient les huguenots de Prusse ?

Nathalie Szczech - Calvin le polémiste
Tél. : Alès 04.66.86.16.61 - Paris 01.42.45.07.44 - Cholet 02.41.58.01.17