under toolbar
banniere verticale

Thèmes

Le Livre

livraison_reduction28982

« Chrétiennes méditations »

Le sang et l'encre

image Le sang et l'encre





Disponibilité

Internet (1 ex.)
Alès (1 ex.)
Cholet (avec délai)
Paris (1 ex.)
Rennes (avec délai)
Contactez-nous pour plus de renseignements.
Sous-titre :
Le Sang et l'encre John Foxe (1517-1587) et l'écriture du martyre protestant anglais
ISBN :
9782845165212
Editeur :
Auteur :
Info :
616 pages - BROCHE - - Prix 30,00 € Livraison reduite
Thèmes :
Statut :
Neuf
4e de couverture :
Isabelle Fernandes est agrégée d'anglais et maître de conférences à l'Université Blaise Pascal - Clermont-Ferrand II. Sa thèse, Le Sang et l'encre, a été remaniée pour constituer le présent ouvrage. Rattachée au CERHAC Spécialiste de la Renaissance anglaise, elle a notamment publié « 'Des images et des lettres' : l'iconographie dans le martyrologe anglais de John Foxe », in Les Pouvoirs de l'image, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2010 ; « The Acts and Monuments de John Foxe. Modes d'emprunt entre acceptation et déni », in Emprunt, Plagiat, Réécriture aux XVe, XVIe et XVIIe siècles. Pour un nouvel éclairage sur la pratique des Lettres à la Renaissance, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2006 ; « Martyrs, pouvoir et pouvoirs du martyre dans The Acts and Monuments de John Foxe », Anglophonia. French Journal of English Studies, 2005 ; « Les représentations du martyr dans The Acts and Monuments de John Foxe ou la tentation théâtrale », La Revue des Sciences Humaines, 1/2003), ainsi que deux ouvrages aux éditions Bréal (Roméo et Juliette de William Shakespeare en 2007 et Henri V de William Shakespeare en 2000). Elle vient de publier Marie Tudor. La souffrance du pouvoir, éditions Tallandier, 2012 et va publier en collaboration l'édition critique d'un sermon de Francis Trigge.
Isabelle Fernandes est agrégée d'anglais et maître de conférences à l'Université Blaise Pascal - Clermont-Ferrand II. Sa thèse, Le Sang et l'encre, a été remaniée pour constituer le présent ouvrage. Rattachée au CERHAC Spécialiste de la Renaissance anglaise, elle a notamment publié « 'Des images et des lettres' : l'iconographie dans le martyrologe anglais de John Foxe », in Les Pouvoirs de l'image, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2010 ; « The Acts and Monuments de John Foxe. Modes d'emprunt entre acceptation et déni », in Emprunt, Plagiat, Réécriture aux XVe, XVIe et XVIIe siècles. Pour un nouvel éclairage sur la pratique des Lettres à la Renaissance, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2006 ; « Martyrs, pouvoir et pouvoirs du martyre dans The Acts and Monuments de John Foxe », Anglophonia. French Journal of English Studies, 2005 ; « Les représentations du martyr dans The Acts and Monuments de John Foxe ou la tentation théâtrale », La Revue des Sciences Humaines, 1/2003), ainsi que deux ouvrages aux éditions Bréal (Roméo et Juliette de William Shakespeare en 2007 et Henri V de William Shakespeare en 2000). Elle vient de publier Marie Tudor. La souffrance du pouvoir, éditions Tallandier, 2012 et va publier en collaboration l'édition critique d'un sermon de Francis Trigge.
Avis :
Le Sang et l'encre retrace la vie et l'œuvre du théologien protestant anglais John Foxe, martyrologiste parmi les plus influents de la Renaissance. Isabelle Fernandes nous livre ici sa vision de cet homme engagé qui a participé à la construction d'une identité anglaise protestante. Longtemps fustigé à cause de la virulence de son propos, il est question de sa réhabilitation et la reconnaissance de son influence en tant qu'historien et archiviste, entre histoire médiévale et histoire moderne.

La catholique Marie Tudor accéda au trône d'Angleterre en 1553 après les efforts réformateurs de son demi-frère Edouard VI. Ce moment clé de l'histoire anglaise devait tenir une place importante dans le martyrologe de John Foxe qui vantait la constance des quelque trois cents protestants qui périrent sur le bûcher pour leur foi entre 1555 et 1558. Comme Foxe contribua pour beaucoup à la création du mythe de « Marie la Sanglante », la présente étude se propose de fournir tout d’abord une approche de la politique menée par la Couronne durant ces années de feu et de cendres afin de démêler le vrai du mythe. Puis la question du martyre protestant sera abordée. Comment expliquer que le protestantisme, qui avait définitivement renoncé au sacrifice au moment où le concile de Trente précisait que la messe était sacrifice, non sanglant certes, mais sacrifice quand même, ait insisté sur la valeur de la mort de ses victimes au fil des pages du martyrologe ? Nous suggérons que Foxe a tenté de substituer le corps du martyr à l’hostie catholique, que la mise au bûcher grâce à l’iconographie devient une messe à mort, que la transsubstantiation abhorrée s’est déplacée, mais qu’elle existe : le sang des martyrs s’est fait encre.
Le Sang et l'encre retrace la vie et l'œuvre du théologien protestant anglais John Foxe, martyrologiste parmi les plus influents de la Renaissance. Isabelle Fernandes nous livre ici sa vision de cet homme engagé qui a participé à la construction d'une identité anglaise protestante. Longtemps fustigé à cause de la virulence de son propos, il est question de sa réhabilitation et la reconnaissance de son influence en tant qu'historien et archiviste, entre histoire médiévale et histoire moderne.

La catholique Marie Tudor accéda au trône d'Angleterre en 1553 après les efforts réformateurs de son demi-frère Edouard VI. Ce moment clé de l'histoire anglaise devait tenir une place importante dans le martyrologe de John Foxe qui vantait la constance des quelque trois cents protestants qui périrent sur le bûcher pour leur foi entre 1555 et 1558. Comme Foxe contribua pour beaucoup à la création du mythe de « Marie la Sanglante », la présente étude se propose de fournir tout d’abord une approche de la politique menée par la Couronne durant ces années de feu et de cendres afin de démêler le vrai du mythe. Puis la question du martyre protestant sera abordée. Comment expliquer que le protestantisme, qui avait définitivement renoncé au sacrifice au moment où le concile de Trente précisait que la messe était sacrifice, non sanglant certes, mais sacrifice quand même, ait insisté sur la valeur de la mort de ses victimes au fil des pages du martyrologe ? Nous suggérons que Foxe a tenté de substituer le corps du martyr à l’hostie catholique, que la mise au bûcher grâce à l’iconographie devient une messe à mort, que la transsubstantiation abhorrée s’est déplacée, mais qu’elle existe : le sang des martyrs s’est fait encre.

Le sang et l'encre - Le Sang et l'encre John Foxe (1517-1587) et l'écriture du martyre protestant anglais - par Isabelle FERNANDES - Editeur P.U BLAISE PASCAL / CLERMONT



Top Ventes

Podcasts


Jérémie Foa - Conférence - Tous ceux qui tombent

Pierre-Yves Kirschleger - Conférence - L’Église réformée de France, une présence au monde (1938-2013)

Patrick Cabanel, Stéphane Zehr - Les "Mémoires" d'André Trocmé

Le Livre

livraison_reduction28982

« Chrétiennes méditations »

Top ventes

MULTIMEDIA


Jérémie Foa - Conférence - Tous ceux qui tombent

Pierre-Yves Kirschleger - Conférence - L’Église réformée de France, une présence au monde (1938-2013)

Patrick Cabanel, Stéphane Zehr - Les "Mémoires" d'André Trocmé

Viviane Rosen-Prest - Qui étaient les huguenots de Prusse ?
Alès 04.66.86.16.61 - Paris 01.42.45.07.44 - Cholet 02.41.58.01.17 - Rennes 06.41.68.32.08