under toolbar
banniere verticale

Thèmes

Le Livre

livraison_reduction30633

«Le chemin d'espérance»

La Palestine entre patrimoine et providence

image La Palestine entre patrimoine et providence





Disponibilité

Internet (2 ex.)
Alès (2 ex.)
Cholet (avec délai)
Paris (avec délai)
Rennes (avec délai)
Contactez-nous pour plus de renseignements.
Sous-titre :
Imaginaires bibliques et mémoire du village d'Artas (XIXe-XXe siècles)
ISBN :
9782811128951
Editeur :
Auteur :
Info :
395 pages - Broché - - Prix 33,00 € Livraison reduite
Thèmes :
Statut :
Neuf
4e de couverture :
Petit village au coeur d’une vallée fertile près de Bethléem, Artâs est l’observatoire par excellence des premiers temps de la présence européenne et américaine en Palestine ottomane et de la mémoire qui en perdure jusqu’à aujourd’hui. Ayant attiré l’attention des pèlerins, des explorateurs et des chercheurs bibliques dès le XVIe siècle en raison de son lien supposé avec l’héritage du roi Salomon, Artâs devient au milieu du XIXe siècle le lieu d’implantation privilégié de colons se réclamant de la mouvance millénariste protestante. Le réseau millénariste multinational à Artâs ne constitue pas un bloc monolithique, mais se rejoint sur l’idée que les juifs doivent s’installer en Terre sainte pour préparer le « second avènement » du Christ. Au début du XXe siècle, la présence de ces colons a favorisé celle de chercheurs dont l’activité a eu par la suite une forte résonance, notamment parmi les habitants du village. L’appropriation dont fait l’objet le travail de ces chercheurs, et particulièrement celui de l’anthropologue finlandaise Hilma Granqvist, prend tout son sens dans le contexte de l’occupation israélienne. Loin des lectures binaires des relations entre « Orient » et « Occident », cet ouvrage analyse les rapports de force à l’œuvre à la fin de l’époque ottomane et pendant le mandat britannique à partir d’un corpus inédit et varié d’archives. Son croisement avec l’histoire orale dévoile la manière dont cette période est rappelée, interprétée ou vouée à l’oubli par les villageois et les Européens ayant vécu à Artâs. Ces récits mettent en lumière la signification attribuée à l’histoire, à la fois dans la mémoire populaire et dans l’historiographie de la Palestine. Entre métahistoire et microstoria, le cas d’Artâs ouvre une nouvelle perspective sur une période charnière de l’histoire du Proche-Orient.
Biographie de l'auteur
Historienne spécialiste du Proche-Orient ottoman et mandataire, Falestin Naïli est chercheure associée à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo).
Petit village au coeur d’une vallée fertile près de Bethléem, Artâs est l’observatoire par excellence des premiers temps de la présence européenne et américaine en Palestine ottomane et de la mémoire qui en perdure jusqu’à aujourd’hui. Ayant attiré l’attention des pèlerins, des explorateurs et des chercheurs bibliques dès le XVIe siècle en raison de son lien supposé avec l’héritage du roi Salomon, Artâs devient au milieu du XIXe siècle le lieu d’implantation privilégié de colons se réclamant de la mouvance millénariste protestante. Le réseau millénariste multinational à Artâs ne constitue pas un bloc monolithique, mais se rejoint sur l’idée que les juifs doivent s’installer en Terre sainte pour préparer le « second avènement » du Christ. Au début du XXe siècle, la présence de ces colons a favorisé celle de chercheurs dont l’activité a eu par la suite une forte résonance, notamment parmi les habitants du village. L’appropriation dont fait l’objet le travail de ces chercheurs, et particulièrement celui de l’anthropologue finlandaise Hilma Granqvist, prend tout son sens dans le contexte de l’occupation israélienne. Loin des lectures binaires des relations entre « Orient » et « Occident », cet ouvrage analyse les rapports de force à l’œuvre à la fin de l’époque ottomane et pendant le mandat britannique à partir d’un corpus inédit et varié d’archives. Son croisement avec l’histoire orale dévoile la manière dont cette période est rappelée, interprétée ou vouée à l’oubli par les villageois et les Européens ayant vécu à Artâs. Ces récits mettent en lumière la signification attribuée à l’histoire, à la fois dans la mémoire populaire et dans l’historiographie de la Palestine. Entre métahistoire et microstoria, le cas d’Artâs ouvre une nouvelle perspective sur une période charnière de l’histoire du Proche-Orient.
Biographie de l'auteur
Historienne spécialiste du Proche-Orient ottoman et mandataire, Falestin Naïli est chercheure associée à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo).

La Palestine entre patrimoine et providence - Imaginaires bibliques et mémoire du village d'Artas (XIXe-XXe siècles) - par Falestin NAÏLI - Editeur KARTHALA



Top Ventes

Podcasts


Gilles Teulié - Conférence - Protestantisme et Apartheid en Afrique du Sud

Jérémie Foa - Conférence - Tous ceux qui tombent

Pierre-Yves Kirschleger - Conférence - L’Église réformée de France, une présence au monde (1938-2013)

Le Livre

livraison_reduction30633

«Le chemin d'espérance»

Top ventes

MULTIMEDIA


Gilles Teulié - Conférence - Protestantisme et Apartheid en Afrique du Sud

Jérémie Foa - Conférence - Tous ceux qui tombent

Pierre-Yves Kirschleger - Conférence - L’Église réformée de France, une présence au monde (1938-2013)

Patrick Cabanel, Stéphane Zehr - Les "Mémoires" d'André Trocmé
Alès 04.66.86.16.61 - Paris 01.42.45.07.44 - Cholet 02.41.58.01.17 - Rennes 09.73.88.08.09