under toolbar
banniere verticale

Thèmes

Le Livre

livraison_reduction29464

«Huguenot, galérien et martyr»

Cioran, Eliade, Ionesco : l'oubli du fascisme

image Cioran, Eliade, Ionesco : l'oubli du fascisme




Disponibilité

Avec délai
Contactez-nous pour plus de renseignements.
ISBN :
9782130517832
Editeur :
Auteur :
Info :
552 pages - BROCHE - - Prix 20,00 € Livraison reduite
Thèmes :
4e de couverture :
Pour ceux qui s'interrogent sur le fascisme d'Emil Cioran ou plus encore de Mircea Eliade, ce livre dissipera les derniers doutes. Loin du péché de jeunesse, on y découvrira, à partir d'écrits politiques inédits en français et d'archives jusque-là inexploitées, l'ampleur du plaidoyer antisémite et ultranationaliste porté par ces deux intellectuels aujourd'hui mondialement célèbres... mais aussi leur obstination à camoufler, voire à recycler après 1945, une filiation idéologique pourtant indispensable à l'intelligence des œuvres de la maturité. De cet « oubli du fascisme », Eugène Ionesco fut-il le témoin consentant ? Le jeune intellectuel de gauche connaissait parfaitement, pour l'avoir combattu dans les années 30, l'engagement de ses deux compatriotes d'origine roumaine. Comment comprendre dès lors l'étrange pacte du silence scellé après-guerre entre les trois hommes ? Amnésie complice ou effet équivoque des solidarités anticommunistes de l'exil ? Cet essai, dont le ton n'est jamais inquisitoire, vient lézarder des pans entiers de notre culture en montrant comment la pensée d'un Eliade ou d'un Cioran a pu justifier une des dérives les plus meurtrières du XXe siècle. Au fil d'une enquête historique minutieuse, qui nous mènera du Bucarest de la Garde de fer à Paris, en passant par les refuges diplomatiques de la Seconde Guerre mondiale - où, entre Vichy et le Portugal de Salazar, on suivra les trois écrivains en poste dans diverses ambassades d'un pays allié du IIIe Reich -, Alexandra Laignel-Lavastine éclaire la face trop longtemps cachée de leurs trajectoires. D'où les deux versants de cette triple biographie intellectuelle qui analyse ensuite avec brio le succès des multiples stratégies sociales et littéraires mises en œuvre pour dissimuler un passé devenu soudain très encombrant.

Alexandra Laignel-Lavastine est philosophe et historienne, spécialiste des relations entre culture et politique dans les pays d'Europe centrale et orientale. Elle a notamment publié Le Paradoxe Constantin Noica : entre philosophie et nationalisme (Bucarest, Humanitas, 1998) et Jan Patocka, l'esprit de la dissidence (Paris, Michalon, 1998).
Pour ceux qui s'interrogent sur le fascisme d'Emil Cioran ou plus encore de Mircea Eliade, ce livre dissipera les derniers doutes. Loin du péché de jeunesse, on y découvrira, à partir d'écrits politiques inédits en français et d'archives jusque-là inexploitées, l'ampleur du plaidoyer antisémite et ultranationaliste porté par ces deux intellectuels aujourd'hui mondialement célèbres... mais aussi leur obstination à camoufler, voire à recycler après 1945, une filiation idéologique pourtant indispensable à l'intelligence des œuvres de la maturité. De cet « oubli du fascisme », Eugène Ionesco fut-il le témoin consentant ? Le jeune intellectuel de gauche connaissait parfaitement, pour l'avoir combattu dans les années 30, l'engagement de ses deux compatriotes d'origine roumaine. Comment comprendre dès lors l'étrange pacte du silence scellé après-guerre entre les trois hommes ? Amnésie complice ou effet équivoque des solidarités anticommunistes de l'exil ? Cet essai, dont le ton n'est jamais inquisitoire, vient lézarder des pans entiers de notre culture en montrant comment la pensée d'un Eliade ou d'un Cioran a pu justifier une des dérives les plus meurtrières du XXe siècle. Au fil d'une enquête historique minutieuse, qui nous mènera du Bucarest de la Garde de fer à Paris, en passant par les refuges diplomatiques de la Seconde Guerre mondiale - où, entre Vichy et le Portugal de Salazar, on suivra les trois écrivains en poste dans diverses ambassades d'un pays allié du IIIe Reich -, Alexandra Laignel-Lavastine éclaire la face trop longtemps cachée de leurs trajectoires. D'où les deux versants de cette triple biographie intellectuelle qui analyse ensuite avec brio le succès des multiples stratégies sociales et littéraires mises en œuvre pour dissimuler un passé devenu soudain très encombrant.

Alexandra Laignel-Lavastine est philosophe et historienne, spécialiste des relations entre culture et politique dans les pays d'Europe centrale et orientale. Elle a notamment publié Le Paradoxe Constantin Noica : entre philosophie et nationalisme (Bucarest, Humanitas, 1998) et Jan Patocka, l'esprit de la dissidence (Paris, Michalon, 1998).

Cioran, Eliade, Ionesco : l'oubli du fascisme - par Alexandra LAIGNEL-LAVASTINE - Editeur FAYARD



Top Ventes

Podcasts


Jérémie Foa - Conférence - Tous ceux qui tombent

Pierre-Yves Kirschleger - Conférence - L’Église réformée de France, une présence au monde (1938-2013)

Patrick Cabanel, Stéphane Zehr - Les "Mémoires" d'André Trocmé

Le Livre

livraison_reduction29464

«Huguenot, galérien et martyr»

Top ventes

MULTIMEDIA


Jérémie Foa - Conférence - Tous ceux qui tombent

Pierre-Yves Kirschleger - Conférence - L’Église réformée de France, une présence au monde (1938-2013)

Patrick Cabanel, Stéphane Zehr - Les "Mémoires" d'André Trocmé

Viviane Rosen-Prest - Qui étaient les huguenots de Prusse ?
Alès 04.66.86.16.61 - Paris 01.42.45.07.44 - Cholet 02.41.58.01.17 - Rennes 09.73.88.08.09