under toolbar
banniere verticale

Thèmes

Le Livre

livraison_reduction32563

« Histoire de la Mission Timothée »

Œuvres complètes de Soren Kierkegaard - Tome 12

image Œuvres complètes de Soren Kierkegaard - Tome 12




Disponibilité

Avec délai
Contactez-nous pour plus de renseignements.
Sous-titre :
Le livre sur Adler
ISBN :
9782703110378
Editeur :
Auteur :
Info :
288 pages - Broché - - Prix 29,00 € Livraison reduite
Thèmes :
4e de couverture :
C'est en juin 1846, peu après la publication du Post-scriptum définitif, que Kierkegaard entreprit la rédaction du Livre sur Adler. Mais le manuscrit, promptement achevé, fit aussitôt l'objet de nombreux remaniements successifs ; il resta finalement inédit et les éditions posthumes, en danois comme en traductions, posèrent de nombreux problèmes.
A.P. Adler (1812-1869), pasteur dans l'île de Bornholm, avait été destitué de ses fonctions en 1845 et venait de publier quatre livres dont un concernant ce qu'on appelait « l'affaire Adler ». Kierkegaard, qui connaissait depuis longtemps Adler, n'avait eu avec lui que des relations superficielles. Il l'avait toutefois considéré, dans sa jeunesse, comme le prototype de l'hégélien danois. En 1842, Adler, à la suite d'une « révélation », avait brûlé ses écrits hégéliens et, s'en tenant désormais à la Bible, prétendait écrire sous la dictée du Christ. Interrogé par les autorités religieuses sur l'authenticité de cette « révélation », il avait quelque peu atténué ses affirmations. Mais ces concessions n'avaient pas empêché sa destitution, et elles achevèrent même de le confondre aux yeux de Kierkegaard.
Pour Kierkegaard, le cas Adler apparaissait comme particulièrement caractéristique de la confusion intellectuelle et religieuse de l'époque. À travers la personne d'Adler, sa psychologie, ses premières convictions hégéliennes, son mode de vie à Bornholm, sa « révélation », ses écrits, son comportement enfin face aux autorités, Kierkegaard était à même de faire le point sur un certain nombre de problèmes fondamentaux, dans lesquels il était lui-même impliqué : le rapport entre « l'individu » et « la masse, le public », le véritable et le faux « Extraordinaire », le génie et l'apôtre, le christianisme et la chrétienté, l'autorité et la révélation...
D'autre part, d'un point de vue simplement méthodologique, on peut suivre J. Hohlenberg lorsqu'il affirme que « si l'on veut se faire une idée de ce qu'est la dialectique appliquée à une question précise, il faut étudier Le Livre sur Adler ».
Ainsi, si peu de gens ont lu Adler (mais qui a lu Dühring ?), en lisant Kierkegaard, lecteur de Adler, on lira du meilleur Kierkegaard.
C'est en juin 1846, peu après la publication du Post-scriptum définitif, que Kierkegaard entreprit la rédaction du Livre sur Adler. Mais le manuscrit, promptement achevé, fit aussitôt l'objet de nombreux remaniements successifs ; il resta finalement inédit et les éditions posthumes, en danois comme en traductions, posèrent de nombreux problèmes.
A.P. Adler (1812-1869), pasteur dans l'île de Bornholm, avait été destitué de ses fonctions en 1845 et venait de publier quatre livres dont un concernant ce qu'on appelait « l'affaire Adler ». Kierkegaard, qui connaissait depuis longtemps Adler, n'avait eu avec lui que des relations superficielles. Il l'avait toutefois considéré, dans sa jeunesse, comme le prototype de l'hégélien danois. En 1842, Adler, à la suite d'une « révélation », avait brûlé ses écrits hégéliens et, s'en tenant désormais à la Bible, prétendait écrire sous la dictée du Christ. Interrogé par les autorités religieuses sur l'authenticité de cette « révélation », il avait quelque peu atténué ses affirmations. Mais ces concessions n'avaient pas empêché sa destitution, et elles achevèrent même de le confondre aux yeux de Kierkegaard.
Pour Kierkegaard, le cas Adler apparaissait comme particulièrement caractéristique de la confusion intellectuelle et religieuse de l'époque. À travers la personne d'Adler, sa psychologie, ses premières convictions hégéliennes, son mode de vie à Bornholm, sa « révélation », ses écrits, son comportement enfin face aux autorités, Kierkegaard était à même de faire le point sur un certain nombre de problèmes fondamentaux, dans lesquels il était lui-même impliqué : le rapport entre « l'individu » et « la masse, le public », le véritable et le faux « Extraordinaire », le génie et l'apôtre, le christianisme et la chrétienté, l'autorité et la révélation...
D'autre part, d'un point de vue simplement méthodologique, on peut suivre J. Hohlenberg lorsqu'il affirme que « si l'on veut se faire une idée de ce qu'est la dialectique appliquée à une question précise, il faut étudier Le Livre sur Adler ».
Ainsi, si peu de gens ont lu Adler (mais qui a lu Dühring ?), en lisant Kierkegaard, lecteur de Adler, on lira du meilleur Kierkegaard.

Œuvres complètes de Soren Kierkegaard - Tome 12 - Le livre sur Adler - par Sören KIERKEGAARD - Editeur L'ORANTE



Top Ventes

Podcasts


Sarah Rouvière - Résistances féminines

Charles-Eric De Saint-Germain - L'amour, une folie ?

Michael Girardin - Le temple de Jérusalem

Le Livre

livraison_reduction32563

« Histoire de la Mission Timothée »

Top ventes

MULTIMEDIA


Sarah Rouvière - Résistances féminines

Charles-Eric De Saint-Germain - L'amour, une folie ?

Michael Girardin - Le temple de Jérusalem

Jack Thomas - Les défenseurs de Calas
Tél. : Alès 04.66.86.16.61 - Cholet 02.41.58.01.17 - Rennes 09.73.88.08.09