under toolbar
banniere verticale

Thèmes

Le Livre

25137

''Afin qu'ils soient un"

Programme des conférences

Tatouages et piercings : quelle signification pour le chrétien?

Le tatouage pour un chrétien… bien ou pas bien ? La question (je concède, quelque peu simpliste) mérite d’être posée devant l’engouement pour cette pratique millénaire et universelle à laquelle les sociétés traditionnelles accordaient une dimension symbolique, sociale et spirituelle riche de sens. Celle-ci s’est effacée devant la vertu esthétique que lui prêtent nos sociétés modernes inféodées à l’apparence et au culte du corps. 

Signes

David Le Breton a signé en 2002 Signes d’identité, Tatouages, piercings et autres marques corporelles , ouvrage dans lequel il synthétise ses recherches.

Ce qui intéresse l’auteur est le cheminement inédit des marques corporelles dans les sociétés occidentales et la fascination qu’elles suscitent non seulement dans la jeunesse mais chez tous les individus quels que soient leur âge, leur sexe, leur origine ou leur classe sociale.

Après avoir dépeint brièvement dans le premier chapitre le changement de regard que l’homme porte sur son propre corps (le corps n’est plus le lieu de l’incarnation de soi mais une chose dont il faut parfaire les contours car inachevé à la naissance), il retrace dans le deuxième chapitre l’historique du tatouage occidental. C’est dans le troisième chapitre qu’il montre le tournant des années 70. Alors que jusqu’à présent le signe tégumentaire était la marque subie d’une dissidence sociale (très présent dans les milieux marginalisés – marins, soldats, détenus – et les minorités sexuelles – prostituées, communautés gays, lesbiennes et sadomasochistes), les cultures hippies et punk l’utilisent désormais comme une marque choisie pour affirmer leur identité au travers de leurs opinions, de leurs choix politiques, sexuels, musicaux... La marque n’est plus imposée, elle est délibérée.

Le quatrième chapitre est tout aussi intéressant car l’auteur, par le biais des témoignages recueillis (plus de 400 !) nous renseigne sur les motivations qui poussent à l’acte et les significations qu'il revêt pour l’intéressé. Le sens de la marque prend corps dans l’histoire personnelle et individuelle de celle ou celui qui s’y livre. Et les principales motivations sont la recherche de l’esthétisme (la marque devient un ornement, le témoignage de la quête d’une plasticité fastueuse) et la volonté d'affirmer son identité ou son appartenance (la marque devient un support d’identité par laquelle on se dé-marque, on se fait re-marquer…au fond par laquelle on se singularise). Dans le chapitre cinq, l’auteur s’intéresse à la question du rite de passage : la marque corporelle peut-elle être considérée comme un rite initiatique à l’instar des sociétés primitives ? C’est dans l’avant-dernier chapitre que sont abordées les questions sanitaires, juridiques et autres qui gravitent autour du « métier » des tatoueurs et pierceurs. Enfin, David le Breton conclut son ouvrage sur une brève réflexion pour tenter de discerner si l’engouement actuel pour le marquage corporel n’est pas un simple retour à un primitivisme conventionnel.

Cet ouvrage n’est pas une réponse biblique à la question que nous nous sommes posés au départ : le tatouage pour le chrétien,  bien ou pas bien ? Néanmoins, en dressant le portrait de ceux qui ont décrit leur expérience, l’auteur confirme un fait : le signe n’est pas une simple marque anodine ;  elle est bien plus qu’un ornement.

Une fois posé clairement que le tatouage est une démarche spirituelle liée à l'esprit du temps, à ses représentations et à ses idéaux , reste à savoir si cette démarche est conforme à la Révélation. L'affirmation du moi, le marquage du corps sont-ils envisageables pour le chrétien? Quels textes bibliques sont les plus clairs? 

Vous trouverez dans le dernier numéro de Lumières reçues au fil du temps un exposé approfondi de la question et de ses enjeux à la lumière de la Bible :

 Lumières reçues au fil du temps, Cahier n°8, novembre 2013.

Commentaires (0) |
|

Commentaires

Identifiez vous ou créez un nouveau compte utilisateur pour commenter.




Top Ventes

Multimédia


Valentine Zuber - Le protestantisme est-il à l'origine des Droits de l'Homme?

Christian Bassac et Jean-Philippe Qadri - Jaques Ellul, l'espérance et la Liberté

Frédérique Neau-Dufour - Des protestants déportés au Struthof

Le Livre

25137

''Afin qu'ils soient un"

Programme des conférences

Top ventes

MULTIMEDIA


Valentine Zuber - Le protestantisme est-il à l'origine des Droits de l'Homme?

Christian Bassac et Jean-Philippe Qadri - Jaques Ellul, l'espérance et la Liberté

Frédérique Neau-Dufour - Des protestants déportés au Struthof

Christian Galtier - La Fondation John Bost, servir les rejetés
Tél. : Alès 04.66.86.16.61 - Paris 01.42.45.07.44 - Cholet 02.41.58.01.17